Chapitre 2, Sujet 2

Amour sale

02/10/2022
Chapitre Progress
0% Complete
S’éveiller ne veut pas dire « être d’accord » avec tout tout le temps, ni « être sans peur » tout le temps, ni « être détendu » tout le temps, ni être quoi que ce soit « tout le temps » d’ailleurs, car qui voudrait imposer de lourdes demandes de ce genre à l’expérience présente ?
0
à ce sujetx
Qui voudrait mettre des conditions à l’inconditionnel, et de qui seraient-elles les conditions de toute manière ?
0
à ce sujetx
Pourquoi voudriez-vous désirer vivre conformément à une image connue, dépendante du temps ?
0
à ce sujetx
Grâce à Dieu, ce que vous êtes n’a pas à vivre selon l’image de ce que l’éveil « devrait » être. Les myriades de vagues toujours en mouvement de l’océan de ce que vous êtes ne peuvent pas être quelque chose « tout le temps » puisqu’elles sont vivantes, elles aiment danser, jouer, monter et redescendre aussi spontanément qu’elles se sont montrées, en ne laissant aucune trace, et reconnaître cela est le commencement d’un vrai soulagement cosmique pour le chercheur épuisé à la recherche de « la prochaine expérience ».
0
à ce sujetx
La vie n’a pas à correspondre à votre idée de « la vie » et c’est pourquoi la vie est si reposante en son cœur même. Absolument rien n’exige que l’expérience présente soit autre que ce qu’elle est. Il y a simplement ceci – qui est présent, complet, vide et plein.
0
à ce sujetx
Mais, lecteur intelligent et perspicace, cette perfection inhérente n’est pas synonyme de détachement et d’apathie. C’est tout à fait le contraire ! Ce n’est pas « laisser les choses être simplement ce qu’elles sont » ou « ne rien faire », ni prêcher qu’« il n’y a pas de moi » à tous ceux qui écoutent.
0
à ce sujetx
Ce n’est pas une conclusion mentale, une croyance d’occasion, ou une manière d’effacer la douleur. Cela tient plus d’une attitude vivante, d’une manière d’être ; il s’agit de voir que ce qui se produit dans l’expérience présente, peu importe ce que c’est, une pensée, une sensation, un sentiment, peu importe son intensité, ou son côté inattendu, ces visiteurs ont un foyer en toi, ils sont bienvenus en tant que vagues bien-aimées et inséparables de toi-même.
0
à ce sujetx
L’amour n’est plus une notion imaginaire mais une réalité vivante, un souffle, en temps réel. Les poètes et les sages avaient raison. La fin de la violence est ici en toi. Et à partir de ce lieu créateur et rempli de compassion, nous nous engageons beaucoup plus dans la vie que jamais, nous sommes plus vivants que jamais, alors même que toutes les histoires et les rêves de « ma vie » et de « la manière dont elle devrait être » s’effacent.
0
à ce sujetx
Cet amour, ce silence profond et toujours présent que tu es, est si vaste qu’il avale tout. Il ne tient pas compte de l’image qu’il devrait donner ni de la manière dont il devrait être. Il n’essaie pas d’impressionner, il ne recherche pas de récompense, ne recherche ni acceptation ni validation. Il ne prétend pas être transcendant, sans peur, au-delà de la douleur, il n’a aucun usage des mots « spirituel » ou « illuminé », il n’agit pas comme s’il était au-dessus de tout.
0
à ce sujetx
Il ne connaît pas de raccourci, pas de trucs malins, ne cherche pas à s’engourdir. Il a les mains sales.
Oui, c’est un amour sale. Ce qui n’est pas aimé, ce qui n’est pas désiré et ce qui n’est pas satisfait est collé sous ses ongles. Il veut tous ses enfants, et non pas seulement les mignons. Il est la mère, le père, l’amoureux, le gourou que nous avons toujours désiré. Il aime parce que c’est tout ce qu’il connaît. Il userait ses doigts jusqu’à l’os simplement pour être ici.
0
à ce sujetx
Nous prétendons être courageux et au-delà des soucis humains uniquement parce que nous sommes effrayés. Nous travaillons à être paisibles et tranquilles uniquement parce qu’il y a une tempête en nous. Nous nous efforçons de montrer aux autres combien nous sommes loin au-delà de la colère, uniquement parce que la colère fait encore rage en nous, désirant que nous l’accueillions. Nous faisons montre de notre parfaite connaissance spirituelle en public pour masquer notre doute privé, qui est parfait. C’est un parfait équilibre.
0
à ce sujetx
Qui va s’arrêter de feindre ? Qui va aller à la rencontre de « l’ombre », du « côté sombre » mais incompris de la vie, ces vagues de nous-mêmes qui ne sont pas en soi négatives, chargées de péchés ou noires, mais qui sont juste négligées, abandonnées et qui désirent revenir à la maison ?
0
à ce sujetx
Qui va vouloir rencontrer les enfants orphelins de la vie ? Qui va sacrifier l’image au délice de ne pas connaître ?
0
à ce sujetx
C’est un tel soulagement que de ne plus avoir à prétendre être quoi que ce soit – ne plus être « une personne éveillée », « celui qui sait », « une personne vivant dans la béatitude », « un expert spirituel » – et au lieu de cela se connaître soi-même à un niveau plus profond en tant que foyer pour ces parties de l’expérience sans domicile dont nous avions toujours pensé qu’elles « devaient » disparaître !
0
à ce sujetx
Les enfants dont nous ne voulons pas ne peuvent pas disparaître à moins qu’ils soient véritablement libres d’apparaître en nous. Et quand ils sont véritablement libres, qui désirerait les faire disparaître ? Quand ils ne sont plus malvenus, reste-t-il un problème ? Même le malvenu est bienvenu ici dans l’immensité que nous sommes. Il y a ici beaucoup d’espace.
0
à ce sujetx


Au-delà de l’éveil, il y a cette grâce, cet accueil inexplicable et déchirant de toutes les choses telles qu’elles surviennent. En se salissant lui-même jusqu’à ce qu’il ne puisse plus se salir, l’amour se purifie lui-même.
1
à ce sujetx

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires